0

Brainstorming : les 10 commandements de la créativité

Brainstorming, comment l’animer?

brainstorm

Après vous avoir vanté les bienfaits du brainstorming (atelier de créativité en équipe), voyons quelles sont les règles à suivre pour que l’atelier débouche sur un idée originale, une réelle innovation.

Rappel : les 5 règles d’Asimov

Pour commencer, j’aimerais vous redonner le point de vue d’Asimov sur cette question, je me contenterai ici de rappeler les consignes que le “Dr ès humanités robotiques” avait émises à la fin des années 50.

  1. Gérer le paradoxe de la créativité à plusieurs
  2. Encourager l’informalité
  3. Ne pas dépasser le nombre fatidique de 5 participants
  4. Ne pas avoir de chef…
  5. … Mais un maître du jeu, pour tous les guider…

Les 10 commandements du brainstorming

Ces 5 commandements sont pleins de bon sens mais méritent d’être développés. Je vous propose d’élargir la perspective à 10 règles fondamentales, 10 commandements, qui font office de Tables de la Loi, pour un brainstorming réussi.

  1. Expliciter l’objectif. Avant de commencer, il est nécessaire de savoir ce que l’on attend de ce bouillement créatif : un logo, un nom de marque, une invention, une histoire originale, aller sur Mars. La problématique doit être simple et motivante. Tant qu’on ne se focalise pas sur un but concret et valorisant, on ne pourra pas l’atteindre (la planète Mars ;)…)
  2. Soigner le casting. Un bon brainstorming, c’est un travail d’équipe, un travail collaboratif. Il faut s’assurer que les personnes présentes soient suffisamment différentes pour échanger leur point de vue et suffisamment ouvertes pour accepter la contradiction.
  3. Choisir le lieu et le moment. Un brainstorming, c’est une forme de jeu. Il doit donc se dérouler dans un espace réservé pour cela : salle de réunion ou un lieu nouveau. Il doit être confortable et tranquille, pour permette aux participants de pouvoir se donner à fond pendant l’exercice.
  4. Transmettre des règles du jeu claires. Avant de commencer, les participants doivent accepter les règles du jeu. Il ne s’agit pas simplement de signer sans lire les CGU d’une nouvelle application iOS. Non, les brainstormeurs doivent savoir ce qu’on attend d’eux : pas de censure, vive la fantaisie, rebondir sur les idées des autres, sont des consignes essentielles pour garantir un atelier bien créatif.
  5. Animer les débats. Asimov disait “pas de chef… mais un guide”. Pour qu’un brainstorming reste dans le cadre fixé et atteigne son but, il faut un pilote à bord. Un pilote / animateur, qui n’est ni juge ni partie et n’hésite pas à détendre l’atmosphère. Il est le maître du jeu. Il aide avant tout les participants à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il a défini le scénario de l’atelier et veille à ce que le train de l’innovation ne déraille pas.
  6. Favoriser l’imprégnation. Pour avoir plein d’idées, il faut commencer par s’imprégner, se documenter sur le sujet : le voyage spatial, repenser la narration BD en numérique, réaliser un film de fiction en VR…
  7. Oser la quantité. Ensuite, il faut pondre. Et quand je dis pondre, je pense à la reine de la fourmilière. A ce stade, il ne s’agit pas d’avoir la super idée du premier coup, mais d’oser! De balancer des propositions, même fantaisistes. La création emprunte souvent des chemins détournés. Il ne faut donc pas avoir peur du ridicule (cf. Le cerveau droit versus le cerveau gauche)
  8. Provoquer le détour créatif. Les brainstomeurs ont désormais noirci leurs post-its et leur tableau de propositions, il est temps de faire une pause. Oublions la problématique. Le cerveau a été soumis à rude épreuve. Il est tout chaud. Si on le sollicite d’avantage, il va planter. Il faut le laisser refroidir. C’est le moment de faire un break, un pause conviviale et ludique… Avant de les ramener à l’objectif, les recentrer sur la problématique.
  9. Trier le bon grain de l’ivraie. Puis c’est l’heure fatidique : faire la synthèse des idées proposées. Il faut les hiérarchiser, les prioriser, les proposer au vote. Il ne peut en rester qu’une (ou que quelques unes)
  10. Etablir un bilan. L’atelier terminé, il ne faut pas se quitter en se contentant d’échanger ses cartes de visite. Il faut dresser le bilan. Lister les retours des participants et de l’animateur. On rédige proprement l’idée (les idées) retenue(s). Enfin, on trinque : jusqu’au bout, le brainstorming doit rester convivial, ludique, valorisant, humain.

Une bibliographie sélective

Pour finir, si vous souhaitez approfondir le sujet du brainstorming ou de la créativité, je vous propose quelques pistes de lecture. En français :

“Gamestorming: Jouer pour innover” (J. Macanufo, S. Brown, D. Gray)

“Brainstorming box : comment inventer en groupe de très bonnes idées” (I. Izard & N. Cahn)

“Animer une séance de créativité” (M. Gillet & T. de Maillard)

“Are you design? Du design thinking au design doing” (N. Minvielle, M. Lauquin)

Share

Ronan Le Breton

Ronan Le Breton Scénariste, Romancier - roman, BD, jeunesse, jeux, jeux vidéos Professeur de scénario et de storytelling interactif Auteur de mauvais genres - Policier, Fantasy, Fantastique, Science Fiction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *