0

5 auteurs de SFFF français à lire !!!

Une “read-list” 100% SFFF & 100% française !

Comme chaque année, en ce mois d’octobre, les éditeurs “de mauvais genre” célèbrent le mois de l’imaginaire. Mais qu’est-ce donc que ce mois de l’imaginaire ? C’est un mois (celui de Halloween) qui est consacré aux littératures de l’imaginaire. C’est-à-dire, faisant partie du macrocosme “SFFF”.
Mais c’est quoi cet étrange sigle ?
“SFFF” veut dire : Science-Fiction, Fantastique ou Fantasy. Les 3 grands genres de l’imaginaire.

Voilà ce qu’en disent les membres de ce collectif d’éditeurs de genre sur le site du mois de l’imaginaire :
“Sur nos écrans, en libraires, dans nos bibliothèques : de Game of Thrones à Stranger things, de 1984 à La Servante écarlate : les littératures de l’Imaginaire font partie de votre quotidien. Genre préféré des jeunes et de loin (46%) selon une étude du Centre National du Livre, l’Imaginaire, c’est la réalité de demain. Pour cette troisième édition, nous renouvelons notre volonté de mettre les littératures de l’Imaginaire entre toutes les mains, du fan de genre au lecteur en devenir, et mettre sous le feu des projecteurs toutes les nuances de l’Imaginaire auprès du public.”

Ce mois de l’imaginaire C’est l’occasion de découvrir des auteurs SFFF. Je trouve que c’est la parfaite occasion pour vous présenter des auteurs bien de chez nous, des romanciers “made in France”. Il a fallu faire des choix, j’ai préféré vous parler des auteurs qui ne sont pas des encore des stars du genre. J’ai donc éclipsé volontairement Alain Damasio (la Horde du contrevent, les Furtifs) ou Jean-Philippe Jaworski (Chasse royale, Gagner la guerre), non pas parce que je ne les aime pas ou qu’ils sont mauvais. Ce sont déjà des auteurs bestsellers de l’imaginaire.

Quels nouveaux auteurs français de l’imaginaire faut-il lire ?

  1. Fabien Cerrutti : Le bâtard de Kosigan
    Un autre auteur de médiéval fantastique, proche dans le registre, le ton et l’érudition de Jean-Philippe Jaworski, Fabien Cerrutti s’amuse à réécrire l’histoire de France (l’époque de la Guerre de 100 ans) en y ajoutant de la magie, du surnaturel, des races de pure fantasy (elfes, nains…), des monstres. La passionnante série de Cerrutti compte déjà 4 tomes, qui clôture un premier cycle (je n’ai pas lu le dernier). Le personnage de ce bâtard aux pouvoirs étonnants est aussi agréablement sournois et attachant que Benvenuto Gesufal de Jaworski (Gagner la guerre). Sa narration est double, à deux voix. Celle de Kosigan et son lointain héritier, qui vit au XIXe siècle.
  2. Romain D’Huissier : Les Chroniques de l’étrange
    Changement de lieu et d’époque. Romain D’Huissier nous téléporte à Hong Kong, de nos jours. Cette fois, nous suivons les péripéties de Johnny Kwan, un détective taoïste qui traquent et exorcise les esprits et les fantômes qui sèment le désordre dans cette mégalopole insulaire, qui tangue singulièrement entre modernité et tradition, luxe et misère. D’Huissier parvient habilement à jongler avec ces deux réalités/ temporalités. Il a également récemment publié un roman trash et décalé qui se passe au Japon féodal (Seppuku). Si vous aimez le fantastique, l’action, l’Asie, vous allez vous régaler avec lui.
  3. Gabriel Katz : Le Puits des mémoires
    On revient en terre de fantasy avec Le Puits des mémoires. Gabriel Katz n’en est pas à son premier galop d’essai, mais cette trilogie de Heroic Fantasy se lit avec un plaisir non feint. Ses trois protagonistes : Olen, Karib et Nils, y sont pour beaucoup. Ils sont très différents de caractère et on a plaisir à suivre leur quête pour retrouver la mémoire et leur place dans ce royaume chaotique et corrompu : Woltan.
  4. Justine Niogret. Chien du heaume
    Justine Niogret a un style très original et très particulier. Ses romans sont courts mais intenses, à condition de se laisser emporter par cette pensée et cette logorrhée fulgurante. Dans ce cycle éponyme (2 tomes à ce jour), Niogret nous dévoile les heurs et malheurs de “Chien du Heaume”. Elle n’a pas d’autre nom car elle ne sait rien de son nom, de son père, de son passé. C’est d’ailleurs la quête de la mémoire qui propulse ce personnage, féminin et brutal et entier, dans l’aventure. Ce singulier personnage est comme le style de l’autrice : on aime ou on déteste. Moi, elle m’a beaucoup plu. Cela change tellement des standards, voire des poncifs de la fantasy. D’autant que Niogret nous dépeint un moyen-âge légèrement teinté de fantaisie : sale, violent, brut, puissant. Bref, un moyen-âge qui lorgne plutôt du côté fantastique, tant le surnaturel et le merveilleux s’y font discrets.
  5. Jean-Laurent Del Socorro. Royaume de vents et de colères
    C’est le benjamin de la liste (classé par ordre alphabétique, ce n’est pas fait exprès). Jean-Laurent del Socorro est arrivé en SFFF tout récemment. C’est le seul qui ne propose pas de grand cycle de fantasy mais un roman (assez court) de fantastique historique. Il nous fait revivre le siège de Marseille après l’intronisation de Henri IV. Oui, on y trouve de la fantasy : un peu de magie ou plutôt d’alchimie. On découvre surtout les différents personnages de ce récit original, qui a l’éclat et la force d’un drame théâtral. Fascinant et innovant, on suit cette narration qui alterne les points de vue et revient sur les faits et les éclaire différemment. Sachez que Del Socorro a déjà publié un autre récit de SFFF, historique toujours. Le sujet concerne la légende de la reine celte Bouddica qui s’est rebellée contre l’envahisseur romain.

Share

Ronan Le Breton

Ronan Le Breton Story Designer Story Teller Narrative Designer Auteur de mauvais genres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.