0

Ecrire mon livre de scénario BD : les 4 étapes

CC by Rory Marinich

Les étapes de rédaction de mon livre “Ecrire une Bande Dessinée”

Je vous ai déjà dit dans un précédent post, que l’écriture de mon manuel sur le scénario BD m’avait pris plus d’un an.
Pourquoi ?
Parce qu’il y a plusieurs étapes à respecter. Et chaque séquence prend du temps. D’autant plus quand on est, comme moi, auto édité, que l’on doit faire tout soi-même . C’est essentiel si l’on veut, au final, livrer une ouvrage de qualité, qui a mûri, comme un bon fruit, dont on s’est occupé durant tout une saison.

Mon témoignage vous intéresse ? Alors, suivez-moi dans cette revue de mon parcours d’auteur indé (auto éditeur aussi), en 4 étapes.

1) La pré-production

Tout commence par l’idée, l’envie, le concept. Ici, il s’agissait tout simplement d’un livre sur l’écriture de scénario de Bande Dessinée. C’est le point de départ.

C’est bien beau, mais faut-il encore savoir quoi en faire. Y a-t-il des manuels existants qui traitent de la question ? Qu’y trouve-t-on ? Que manque-t-il ? Peut-on trouver d’autres références qui abordent la création de BD (papier ou digitale) ? Qu’est-ce que j’enseigne aux étudiants dans mes cours sur la narration BD?
Vous l’avez compris, il s’agit maintenant de faire des recherches sur le sujet : librairie, bibliothèque (personnelle et municipales), wikipedia. Il faut couvrir le sujet de manière satisfaisante.

Une fois que j’estime avoir suffisamment balayé, étudié mon thème, je commence à mettre en forme mon argumentation et ma structure, j’esquisse le parcours du lecteur. Bref, j’ébauche une première proposition de plan.

A partir de ce plan, de cette colonne vertébrale, je peux commencer la rédaction d’une première version, brute et décousue : je peux commencer par le chapitre 3 puis passer au chapitre 8 avant d’attaquer le chapitre 1…
Je m’attèle à la rédaction de la version “zéro”. Une esquisse rèche qui manque sérieusement de polissage.

Avant d’attaquer la suite, je laisse reposer. Il faut que le temps passe, que je prenne le recul nécessaire vis-à-vis de ce premier jet, entre le manuscrit et le brouillon, pour mieux l’analyser, le critiquer.

2) L’étape alpha

Vient alors la séquence suivante : alpha. Je reprends mon premier jet et le relis dans l’ordre chronologique : du chapitre 1 au chapitre 10. Au fur et à mesure de ma lecture critique, je corrige mon texte. Est-ce assez clair ? Manque-t-il un exemple, un schéma, une autre section ou un chapitre ? C’est la phase de relecture-réécriture. A ce stade, je réarrange substantiellement mon plan. Quand je suis satisfait de mon écriture, je considère que j’ai désormais produit la V1 (version 1) de mon livre.

Je suis allé au bout de mon travail solo, je n’ai plus la force ni le recul pour améliorer sensiblement mon ouvrage. Je dois désormais solliciter des avis extérieurs. Je commence à publier sur mon blog certaines parties de mon livre. Je recueille ainsi des commentaires, des feedbacks d’internautes qui lisent les extraits en cours d’écriture.

Suite à ces retours de (futurs) lecteurs, je reprends la rédaction de mon ouvrage. Je le corrige, le retouche, l’enrichis : leurs commentaires me donnent également de nouvelles idées. J’obtiens alors V2 de mon livre. J’ai désormais une version assez robuste de mon futur manuel, mais ce n’est pas suffisant.

3) Le stade bêta

Pour l’intant, je n’ai partagé que des bribes de mon livre, désormais, il me faut un retour de lecteurs qui vont lire mon manuel du début à la fin. Il me faut un feedback précis et détaillé. Je ne peux pas demander ça aux internautes qui viennent (occasionnellement pour certains) sur mon blog. Il me faut des avis pertinents et substantiels, des avis “pro” : ceux de “bêta-lecteurs“. Je sollicite autour de moi les personnes qui ont l’envie et les compétences requises. Honnêtement, être un bêta-lecteur, c’est un job, ça demande du temps et de l’énergie. Je remercie encore mes bêta-lecteurs !!! ^____^
Je transmets donc à mes bêta-lecteur ma V2 (en format pdf) et je leur laisse un temps suffisant pour lire mon chef d’oeuvre ouvrage. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi écrire un livre s’étire sur des étapes longues et incompressibles.

Quand mes bêta-lecteurs ont fait leur job, je recueille leurs avis éclairés et je peux entamer la réécriture de mon ouvrage. J’obtiens alors la V3 du manuel. Une version bêta, qui est presque parfaite, presque définitive.

4) La post-production

Je change alors de casquette, je deviens l’éditeur de mon livre et m’occupe désormais de sa finalisation et sa fabrication.

Je reprends mon plan, mes schémas et je m’assure que tout y est, au bon endroit. Ensuite, je passe en mode correction. Je relis et nettoie les coquilles, les contradictions typographiques et syntaxiques. Je m’aide pour cela du logiciel Antidote. Il est sans pitié et très pointilleux, il m’aide à faire le polissage de ma maquette.

Cette phase réalisée, je démarre celle de fabrication et mise en ligne sur KdP. Je vérifie bien que toutes les informations et les contenus sont bien là. J’obtiens alors la version quasi-définitive.

Je commande alors mon épreuve avant publication à Amazon. Je la reçois chez moi et je la relis, je traque les dernières coquilles que je n’aurai pas vues sur écran. Il m’est plus facile de repérer des fautes sur papier que sur ordinateur.

Je corrige ma version proof et j’obtiens enfin ma version définitive et publiable.

Je peux alors mettre en ligne mon manuel. J’en ai désormais fini avec les étapes d’écriture de mon manuel. Il me reste à m’occuper de la promotion de l’ouvrage, mais ce serait l’objet d’un autre article.

Je vous remercie en tout cas de m’avoir lu jusqu’au bout. Et j’espère que mon expérience vous sera utile. Un dernière chose avant de se quitter…
Si vous cherchez mon manuel, il se trouve ici !

Share

Ronan Le Breton

Ronan Le Breton Story Designer Story Teller Narrative Designer Auteur de mauvais genres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.